« Quand le régime n’est pas adapté, la médecine est inutile.
                                                                                                         Quand le régime est adapté, la médecine ne sert à rien. »                                                                                                                                                                                                           Tradition ayurvédique*

BAVARCHI® vous propose d’entrer dans le monde coloré et vivant de la cuisine indienne, et de découvrir les secrets
d’un art qui éveille les sens et facilite la reliance.

 

Cliquez sur une image pour découvrir nos recettes et nos produits.

  

A l’heure des milles et uns régimes, on ne sait plus quoi mettre dans son assiette.

Il est temps de revenir à l’essentiel.

Ingérer des éléments extérieurs, c’est, symboliquement, les désintégrer par le feu interne (cuisson digestive pour Hippocrate, « agni » dans la tradition ayurvédique), en extraire l’essence vitale et les assimiler par la digestion.

 

Pour qu’un repas soit nourrissant, et pas seulement un fatiguant labeur, il doit :

  1. être composé d’aliments de qualité, c’est-à-dire des aliments riches d’éléments vitaux et vivants ;
  2. avoir été préparé dans des conditions qui enrichissent son potentiel et facilite la cuisson intérieure.

Pour cela, le plus simple est de manger chaud et épicé (riche en épices, mais pas nécessairement pimenté!). C’est quand le repas est servi chaud et fraichement préparé qu’il est le plus apte à  faciliter son assimilation. Les épices soigneusement sélectionnées corrigent les petits défauts de chaque aliment (« guna » dans la tradition ayurvédique), et aide le travail de cuisson intérieure.

La tradition indienne, familière aux épices et sensible au rôle physique ainsi que psychique de la digestion, a la capacité de nous offrir de solides repères.

Le secret, c’est la JOIE.

Dans la tradition ayurvédique, un aliment est d’autant plus riche qu’il a été préparé et consommé avec joie (ou « shubh bhavna »). La cuisinière ou le cuisinier joue là  un rôle essentiel puisque c’est sa main qui active le potentiel de l’aliment et en fait donc un instrument de la joie du mangeur. Préparer un repas pour d’autres personnes est un acte sacré qui demande d’être conscient de cette responsabilité et d’être animé par le désir de rendre quelqu’un heureux. De même, celui qui mange informe le contenu de son assiette et peut donc s’empoisonner s’il est tourmenté par une agitation émotionnelle ou mentale lors du repas.

Les épices éveille les sens et stimule la joie de manger.

Et encore ? D’autres bonnes raisons de manger épicé !

  • Les épices sont des aliments extrêmement alcalins :

Par exemple, l’indice PRAL du curcuma est de – 46.67!
(tandis qu’une pomme a un indice de – 1.92,
Et un oeuf à la coque, un indice de  + 8.97).

Les épices permettent donc de rééquilibrer un régime à la balance acido-basique fortement perturbée.

  • Les épices ont, chacune, des propriétés nutritives et psychiques qui peuvent permettent de rééquilibrer certaines instabilités. On peut donc sélectionner ses épices en fonction de ses propres besoins et de son humeur.

Et pourquoi manger dans du kansa (bronze)?

Le kansa est considéré dans la tradition alchimique et métallurgique indienne comme l’un des métaux fondamentaux. Apprécié pour ses vertus médicales et thérapeutiques, le kansa est le matériau par excellence de la vaisselle indienne.

Plus d’informations ici.

 

* « If diet is wrong, medicine is of no use. If diet is correct, medicine is of no need. » (proverbe indien issu de la tradition ayurvédique).